No stress Gerer son stress - formation anti stress
Gerer son stress - formation anti stress

c GRATUIT ! Testez le
DESTRESSEUR MINUTE

Gerer son stress - formation anti stress CONSTATS
     Gerer son stress - formation anti stress Effets du Stress
     Gerer son stress - formation anti stress Nos outils en ligne
Gerer son stress - formation anti stress REPONSES
     Gerer son stress - formation anti stress Sophrologie
     Gerer son stress - formation anti stress Cohérence Cardiaque
     Gerer son stress - formation anti stress PNL
     Gerer son stress - formation anti stress Intégration par les Mouvements Oculaires
Gerer son stress - formation anti stress NOS PROPOSITIONS
     Gerer son stress - formation anti stress Suivis individuels
              Gerer son stress - formation anti stress Thérapie
              Gerer son stress - formation anti stress Coaching
     Gerer son stress - formation anti stress Groupes
             Gerer son stress - formation anti stress Particuliers
             Gerer son stress - formation anti stress Entreprises
Gerer son stress - formation anti stress SERENE THERAPIE
     Gerer son stress - formation anti stress Témoignages
     Gerer son stress - formation anti stress Références
     Gerer son stress - formation anti stress Qui sommes nous ?
     Gerer son stress - formation anti stress Contactez-nous
     Gerer son stress - formation anti stress Partenaires
     Gerer son stress - formation anti stress ACCUEIL
Gerer son stress - formation anti stress RAPPORTS
        SCIENTIFIQUES
     Gerer son stress - formation anti stress Déficit d'attention chez
     l'enfant
     Gerer son stress - formation anti stress Publications
 



Gerer son stress - formation anti stress


Gerer son stress - formation anti stress
Google
Web serene.fr
psychologie Sante gratuit

 

Gerer son stress - formation anti stressCOACHING PERSONNALISE

Le coaching est une démarche résolument orientée vers le futur. Elle vise à atteindre des objectifs clairement définis entre le coach et le coaché.

A ) POUR QUELLE RAISON CA MARCHE ?

  • Le coaching répond à une demande spécifique et se fait “sur mesure ” pour le coaché !
  • L’effet du coaching est favorisé par le fait que nous vivons dans un environnement qui change et demande l’adaptation de la personne à ce changement. Le coach joue un rôle de catalyseur pour que les ressources inépuisables de la personne lui permettent cette adaptation. Il se crée une synergie qui n’existe pas avec les autres partenariats présents dans la vie d’un individu.

  • Le coach n’a pas d’enjeu relationnel, de pouvoir, de conflit professionnel…Pas non plus d’enjeu politique, de conflit d’intérêt, de résidus du passé, d’émotions mal gérées…

  • Il n’a qu’une idée en tête : LA REUSSITE DE SON CLIENT. Il peut garder une distance objective.

  • Le coach est un confident, il établit un rapport de confiance, émet ZERO JUGEMENT tout en disant la vérité, respecte ses engagements et les règles déontologiques. Il donne des informations sans aucune arrière pensée stratégique. Il permet à la personne de s’exprimer. “ Ce qui ne s’exprime pas s’imprime ! ”. Le client n’a pas toujours dans son entourage des personnes à qui il peut vraiment se confier (ex : le chef d’entreprise ne peut vraiment exposer ses difficultés ni à sa famille, ni à ses employés.). Il a là un rôle quasi thérapeutique. Il fait preuve d’empathie et non de sympathie, et accueille la vérité telle qu’elle est sans que la personne se sente “obligée ” de la travestir. Il est à remarquer qu’une personne est parfois freinée dans sa progression par ses proches qui n’ont pas toujours envie de la voir changer.

  • Il permet de poser sur soi même un regard neutre et devient ainsi une sorte de guide, de mentor comme dans d’anciennes traditions.

  • Il favorise le challenge, ce qui stimule chez le coaché un haut niveau d’énergie et s’abstient de toute pression d’enjeu, ce qui évite la sensation de culpabilité ou d’impuissance.

  • Le coach est un supporter inconditionnel qui “voit ” son client ayant déjà atteint son objectif.

 Remarque : Challenge : Objectif stimulant, ambitieux et atteignable.
L’idée de challenge favorise pour un individu un état interne de haute énergie de même que la pression ; cependant pour cette dernière l’énergie est négative, alors que pour le challenge l’énergie est positive.
  • Le coach permet de se débarrasser de son énergie négative et transmet de l’énergie positive.
  • Le coach permet de gagner du temps car il connaît des stratégies efficaces que le coaché peut modéliser plutôt que d’apprendre par essais et erreurs trop fréquents.Il assure la régularité du travail, le suivi de l’objectif.
  • Il permet de faire le point sur la progression en direction de l’objectif. Il renvoie une image positive mais sans complaisance sur ce qui a déjà été accompli. Il se positionne un peu comme un précepteur, ce qui donne au coaché une sensation de sécurité, d’encouragement constant. (paternité symbolique). Il pousse la personne à s’engager et est le garant de ses engagements. Le prix de la consultation contribue de manière significative à cet engagement. Il permet à la personne d’entrer dans une dynamique d’action, (sinon ce n’est pas du coaching). Cependant c’est la personne elle-même qui reste responsable de son action, le coach stimule mais ne décide pas à la place de son client.
  • Il donne de la  “structure ” par rapport aux actions à mener. Il apporte ses compétences pour permettre au coaché d’adopter des habitudes de travail plus efficaces, des méthodes de fonctionnement adaptées à l’objectif. Il peut également donner de “l’outillage ”, des informations ou donner à la personne les moyens d’en obtenir. Il entretient également la motivation de son client.
  • Le projet du coach est d’installer son client dans une trajectoire de succès, il s’engage pour cela, et exploite “l’effet Pygmalion ”. A travers le gland, le coach voit déjà le chêne, il voit en son client l’être essentiel. Le coach est un révélateur qui décèle le champion qui sommeille afin de le faire naître.
  • Le coach est attractif, il ne peut accompagner les autres plus loin qu’il n’est allé ou qu’il ne va lui-même. Son chemin personnel est fondamental pour lui-même comme pour ses clients, c’est ce qui assure sa congruence.

B) AVEC QUI CELA MARCHE LE MIEUX ?

Réponse “La Palice ” : Avec ceux qui le veulent !
  • Le coaching pour être efficace doit répondre à une demande personnelle du coaché, et non à un souhait, voire un ordre exprimé par son entourage…(Ex : D.R.H.)
  • Il faut prendre garde aux relations triangulaires, sources de jeu psychologiques, type ”bouc émissaire ”.
  • La personne doit être motivée. Elle a un projet, considère qu’elle mérite de le réussir, a une image positive d’elle-même, se reconnaît certaines faiblesses qu’elle est capable d’affronter et de dépasser. Elle est prête à investir du temps, de l’argent, de l’énergie pour s’engager dans un processus durable (au moins 3 mois) et accepter de s’impliquer dans la relation. Elle décide ainsi de se mettre dans une trajectoire de réussite sur son chemin de vie.
  • Le coaching n’est pas destiné aux personnes enfermées dans des scénarios d’échec chronique. Celles là ont besoin de psychothérapie. De même que l’on orientera une personne souffrant d’arthrose vers un kiné plutôt que vers une salle de gymnastique (du moins dans un premier temps), certaines personnes ont besoin au préalable de faire un travail sur elle-même.
  • La personne doit considérer qu’il est normal de poser certaines actions pour obtenir ce que l’on désire. Le coach est là pour canaliser l’action mais non pour agir à sa place, ni même pour lui dicter ses actions.
  • Le processus “coaching ” sera plus efficace avec une personne qui a déjà un bon niveau de réussite dans la vie. Elle a cependant conscience de l’écart entre ce qu’elle vit dans le présent et ce qu’elle désire obtenir de plus. Cet écart crée une tension positive, source d’énergie.
  • Le coach peut intervenir efficacement si la personne doit faire face à des changements importants dans sa vie : elle est dans une phase de transition (famille, travail…)
  • Le coaché idéal est habitué à travailler sur lui-même, il sait faire confiance, travailler en partenariat, entrer en relation, être flexible, s’intéresser à l’autre… Il n’est pas “psychorigide ” !

C) LE COACHING MODE OU NECESSITE ?

La logique traditionnelle de déduction ne suffit plus : le temps vient où les individus doivent libérer leur intuition, leurs émotions et le fruit de leur expérience tout entière dans leurs prises de décisions.

Beaucoup voyaient dans le coaching un phénomène de mode, un concept vague. Il est temps de revoir ses a priori : le coaching joue un rôle de plus en plus important. Il s’affirme comme un outil central pour ceux qui souhaitent progresser ou, plus simplement, s’adapter : un outil commun au service de l’efficacité économique.

Il était une fois un haut dirigeant qui allait dans le plus grand secret vers un lieu mystérieux. Son pas et son allure trahissaient un sentiment mi-honteux, mi-joyeux. Qu’allait donc faire cet homme rasant les murs d’un pas si pressé ? Voir son coach ! Cet homme-là, vous ne le verrez plus dans la rue. Le monde change…
Fini le temps où le coaching consacrait la réussite et n’était accessible qu’à ceux qui avaient réussi. Durant les années 90, l’émergence d’une économie complexe et mondiale et la consécration de l’individu-roi passent par là. Un monde n’en a pas fini de mourir qu’un autre naît. Il accouche d’un nouveau mode de fonctionnement économique et humain dans lequel le coaching ne sera plus perçu comme une mode.

Dans ce monde en devenir, le coaching se révèle comme un moyen privilégié pour aider les individus à construire leur réussite professionnelle, sociale et également personnelle.
Chemin faisant, on y apprend à mettre en harmonie aspirations personnelles et développement professionnel. Et ce, d’autant plus que l’individu est aujourd’hui confronté à une obligation d’autonomie. Une autonomie tout en contrastes, d’ailleurs, puisqu’elle est à la fois désirée et imposée par l’évolution des pratiques de l’entreprise, qui ne prend plus réellement en charge l’individu dans ses demandes d’évolution, de progrès, de sécurité. Deux tendances lourdes attirent notre attention et nous semblent devoir caractériser ce changement du monde. La première est bien connue. La deuxième est moins admise.

Première tendance : l’incroyable vitesse de l’information, du progrès technologique et du traitement des données, qui oblige à des prises de décisions rapides, quasi instantanées. Dans ce cadre-là, la logique traditionnelle, et jusqu’alors dominante, de fonctionnement des individus – faite de raisonnements, de déductions et de rationalité – devient moins opérante. Elle freine, voire empêche, la vitesse de décisions. Sitôt ces décisions déductives prises, les données du problème ont changé !
Comme le symbolise un peu cette publicité récente pour un Blackberry “plus rapide que la pensée !”. En tous cas, cette logique traditionnelle n’est plus opérante seule ni ne peut être appréhendée comme mode dominant de fonctionnement. Une faille est ouverte. Et le temps vient où les individus doivent – et peuvent enfin ! – libérer leur intuition, leurs émotions et le fruit de leur expérience tout entière. Certains, d’ailleurs, se glissent déjà dans la faille et saisissent, volontairement ou sans le savoir, cette chance qui leur est donnée d’exprimer leur personnalité dans ses diverses dimensions. Y compris dans le monde du travail et de l’entreprise.
La montée en puissance du “QE”, ou quotient émotionnel, traditionnellement opposé au quotient intellectuel, illustre cette nouvelle donne.
Et le couple “émotion-intuition”, dans sa fonction de création de valeur, quitte sa dimension confidentielle et son confinement dans la sphère privée pour entrer dans le champ plus élargi de la vie économique.

Deuxième évolution : au moment où les études s’allongent et où la course aux diplômes se débride avec un objectif de réussite sur le long terme, l’idée même du diplôme dans la fonction de passeport professionnel à vie est pourtant déjà dépassée.
Le diplôme, s’il reste bien sûr un passeport à l’entrée, n’est plus un viatique pour la vie. Il est un départ et non une arrivée. Le diplôme comme passeport à vie est bel et bien terminé.
Ce n’est plus lui qui détermine le chemin : c’est le chemin qui valide le diplôme. Un indicateur: la formation se conjugue “tout au long de la vie professionnelle”…
Nous n’en sommes qu’au début. Le temps au travail s’allonge. La vitesse entraîne l’inéluctabilité de la mise à jour des connaissances et du développement de nouvelles compétences. Ce nouveau paradigme oblige l’individu à raisonner en termes de projet, de parcours et de sens de ce parcours. “Jeter l’ancre vers le futur” est devenu une figure libre imposée. Chacun est ainsi conduit à développer sa pro-activité et son adaptabilité pour se maintenir dans la boucle et, à plus long terme, conserver la longueur d’avance que lui a procuré son haut niveau d’études initial.
Ces évolutions sont souvent vécues au quotidien, individuellement, comme une grande vague de turbulences. Souffler en même temps le chaud et le froid génère, on le comprend, d’inévitables orages. Dans cette période de transition, qui touche à la fois l’économie et l’individu dans cette économie, l’individu-roi apparaît progressivement comme un roi “nu”. Roi de sa propre autonomie et nu face à la difficulté de gérer la contradiction entre un temps individuel lent par nature et un temps économique en grande accélération. Nu ensuite face à l’invitation croissante à “être” plutôt qu’à “faire” – et qui confine parfois à une obligation, une injonction de développement personnel. Désarçonné face à un diplôme qui ne le protège plus durablement. Désemparé enfin, et peut-être surtout, face à lui-même et face à la solitude pour gérer tout “cela”.

 Par Alain Nebout directeur du département Carrières de l’Association des diplômés HEC
Et Frédérique Tofani coach, directrice associée de Kinos (conseil RH, formation, coaching)

Publié dans : HOMMES ET COMMERCE • AVRIL-MAI 2006 pages 52 & 53

 

pour plus de renseignements.


   
Gerer son stress - formation anti stress
Gerer son stress - formation anti stress  
referencement plan du site © 2011 Tous droits réservés - Luc GEIGER - SERENE Thérapie - SERENE Editions

Sophrologie, psychothérapies, PNL, cohérence cardiaques, intégrations par les mouvements oculaires (IMO) sur rendez-vous à Lunel (34) Montpellier (Hérault) et Nîmes (30, Gard)

Réferencer gratuit Vente en ligne